Fils de suture

Mentionnée pour la première fois dans le papyrus d’Edwin Smith, la suture à fils est une technique utilisée encore de nos jours. Bien sûr, depuis cette époque, cette pratique a bien évolué et l’on n’utilise plus de simple fils à coudre pour refermer les plaies. Lors des interventions, on utilise principalement 2 types de fils, à savoir les fils résorbables et les fils non résorbables. Quoi qu’il en soit, ces derniers se présentent toujours sous la forme de monofils ou encore de fils tressés.

Les différentes sortes de fils de suture

Les fils résorbables

Comme son nom l’indique, un fil résorbable est un fil de suture qui peut être éliminé par les tissus du corps. Il se dissipe au bout de 10 jours à 8 semaines en fonction des matières avec lesquelles il est fabriqué. Un fil résorbable est généralement fait en matières organiques comme la soie. Mais il existe aussi des fils en matières synthétiques. Parmi ces derniers, on compte la polydioxanone. Destiné aux chirurgies cardiovasculaires et ophtalmiques, ce fil de suture résorbable disparaît au bout d’environ 200 jours. De par l’absence de corps étrangers, ce genre de fils est facilement accepté par l’organisme. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles on l’utilise pour la chirurgie interne. Cela dit, dans des rares cas, il est possible que le fil ne soit pas accepté par l’organisme.

Les fils non résorbables

Contrairement aux fils résorbables, les fils de sutures classiques ont souvent besoin d’une chirurgie ultérieure à l’intervention initiale. C’est surtout le cas de traitement des plaies en surface. Pour les plaies en profondeur, c’est une autre histoire. En effet, il faudrait laisser les fils à leur place, car les retirer reviendrait à rouvrir la plaie. Dans ce cas, on utilise un fil de suture biocompatible. Il ne faudrait surtout pas que le corps les rejette. Parmi les matières à privilégier, il y a le nylon, le polyester et le polypropylène. Sachez que dans la catégorie des fils non résorbables, il y a aussi des fils naturels tels que la soie. Cette matière peut être utilisée lors d’une chirurgie ophtalmologique ou vasculaire. Son principal avantage réside dans sa souplesse et sa bonne tenue de nœuds.

Les structures

Les monofils

Un monofil, c’est tout simplement un fil de suture constitué d’un long cylindre compact. Il a le bon goût d’être résistant et lisse. On lui reproche juste d’être trop rigide et d’avoir une mauvaise tenue de nœuds.

Les fils tressés

Aussi appelés multi filaments, les fils tressés sont composés de plusieurs petits fils structurés en tresse, en torsade ou en torsade inversée. Contrairement aux monofils, ces types de fils de sutures ont généralement une bonne tenue de nœuds. Il est également plus souple. Cela dit, comme sa surface est un peu rêche, il peut avoir des difficultés à glisser entre les tissus lors de l’intervention. Pour la même raison, un fil de suture tressé est aussi susceptible d’être mal toléré par l’organisme. Cette situation est souvent la cause de petites inflammations au sein de la suture.