Symptômes bronchiolite

Quels sont les symptômes de la bronchiolite ?

Touchant environ 30 % des nourrissons chaque hiver, la bronchiolite constitue une maladie d’origine virale particulièrement contagieuse. Débutant généralement en septembre, cette affection atteint son pic entre décembre et janvier. Elle se manifeste alors par des symptômes variés.

Présentation de la bronchiolite

Affectant principalement les garçons, la bronchiolite désigne une pathologie d’origine virale. Cette maladie est exclusivement localisée chez les nourrissons et les jeunes enfants de moins de deux ans. Elle est provoquée par le VRS ou virus respiratoire syncytial infectant les petites bronches terminales des poumons. Cette maladie génère la formation de sécrétions obstruant les bronchioles empêchant l’air de bien circuler. Particulièrement résistant et extrêmement contagieux, le virus responsable se transmet par voie aérienne, par la main, les baisers ou les objets. Notez que sa durée de vie n’est que de 30 minutes sur la peau, mais est de plusieurs heures sur les objets. Bien que bénigne dans la plupart des cas, cette maladie se révèle dangereuse chez les jeunes enfants. Ainsi, dès l’apparition des symptômes de la bronchiolite, la consultation immédiate d’un médecin est requise. Les professionnels de la santé prescrivent généralement une kinésithérapie respiratoire afin de dégager les bronchioles des petits malades.

Les signes cliniques de la bronchiolite

Généralement, la bronchiolite commence par une rhinite virale, provoquant par la suite l’inflammation des bronchioles avec l’apparition des toux sèches. Changeant en toux de plus en plus grasse, l’accumulation de la sécrétion induit un encombrement et une gêne respiratoire. D’autres symptômes de la bronchiolite apparaissent par la suite une respiration sifflante et une fièvre modérée. Le patient peut aussi ressentir une sensation de fatigue, voire un épuisement. Dans la plupart des cas, les enfants souffrant de bronchiolite ont du mal à s’alimenter à cause de la gêne respiratoire. Par ailleurs, la toux pouvant se prolonger jusqu’à deux à trois semaines peut causer des vomissements épuisants.